Présentée par
6 DÉC. 2019 PARIS /
RIDERS MASTERS CUP
Sport 06/12/2019

Riders Masters Cup : l’Europe indétrônable !

Malgré l’ouverture de l’épreuve à l’ensemble du continent américain cette année, malgré un très beau premier round de l’équipe des Americas, malgré les légendes qui constituaient cette formation, rien n’y a fait. La Riders Masters Cup a de nouveau souri à l’Europe… Pour la cinquième fois consécutive !

Sur le papier, les chances américaines pour cette cinquième édition de la Riders Masters Cup, épreuve « signature » du Longines Masters de Paris, lancée en 2017 à l’initiative d’EEM, avec Longines pour Partenaire Fondateur, l’équipe des Americas pouvait largement renverser la tendance et pour la première fois, remporter une épreuve que la formation de Robert Ridland n’a jamais mise à son actif. Sur le papier seulement… Sans appel, l’Europe, menée par le chef d’équipe suédois Henrik Ankarcrona, s’impose sur la piste de Paris-Villepinte. Score final : 125 pour le Vieux Continent, 80 pour le Nouveau Monde.

Un premier round dominé par les Américains
Il pouvait être confiant… Pour la première fois à l’issue d’un premier round dans l’histoire de l’épreuve, l’équipe de Robert Ridland tenait la tête de la Riders Masters Cup, opus 2019. Il faut dire que le règlement de cette année, aménagé pour la beauté du sport et du spectacle, ouvrait les sélections aux cavaliers de l’ensemble des Amériques, permettant au chef d’équipe d’aller piocher chez, entre autres, les Canadiens et les Brésiliens. Bonne pioche ! Ridland comptait ce soir dans son équipe pas moins de trois champions olympiques : l’Américaine Laura Kraut, le Brésilien Rodrigo Pessoa et le Canadien Eric Lamaze. Sur la piste, les Transatlantiques remportent trois duels sur cinq, grâce aux performances de l’homme fort du moment, le Brésilien Marlon Modolo Zanotelli, et des champions Kraut et Pessoa. Côté européen, le champion olympique de l’équipe, le Français Kevin Staut, et le Suédois Henrik von Eckermann, sortaient de piste avec chacun quatre points de pénalité. A ce moment de la compétition, les cinq de Ridland pouvaient encore y croire… Score provisoire : 35 points pour les Européens, 40 points pour les Amériques. 


Deuxième round : l’Europe reprend la main
En deuxième manche en revanche, les cavaliers européens reprennent du chien… et profitent également du relâchement des Américains, qui tous avaient changé de monture. Parfait dans le premier round, Zanotelli est éliminé (deux désobéissances). Même punition pour la jeune Canadienne Kara Chad, également éliminée. Seule la légende Pessoa sort en vainqueur de son duel face au Suédois Henrik von Eckermann. Dans les traces du très en forme champion d’Europe et vice-champion du monde en titre, le Suisse Martin Fuchs, l’Europe remporte finalement quatre duels sur cinq… et plie l’épreuve pour la cinquième fois, sur cinq ! Parti en ouvreur des deux manches, double sans-faute, Fuchs commentait, face à des tribunes combles : « Je me sens très bien au Longines Masters de Paris. Il y a cinq ans, je remportais le Grand Prix. C’est la première fois depuis que je suis de retour sur ce concours. » Les Américains n’ont plus que deux jours pour inscrire des noms au palmarès du Longines Masters de Paris 2019 ; au-delà de leur victoire dans la Riders Masters Cup, les Européens ont pour l’instant remporté toutes les épreuves des deux premiers jours de compétition, à l’exception du Masters One Hubside, plié hier par le Brésilien Modolo Zanotelli. Yes they can… maybe…